05 56 71 57 49 – 06 38 40 33 47

La renaissance du moulin de Pinquet

Sous l’impulsion de l’AGAM, le Conseil décide d’ouvrir au public le moulin de Pinquet pour les journées nationales des moulins, le 19 juin 2005. Nous sécurisons les zones dangereuses.

Nous faisons notre première exposition de photos sur le thème des moulins du secteur, agrémentée de cartes de situations. 2006, 2007, et 2008 nous remettons le couvert avec les mêmes ingrédients. Chaque année, une centaine de visiteurs apprécient ce lieu enchanteur.

Le moulin est également ouvert à la visite pour les Journées du patrimoine, en septembre.

En 2008, les travaux de déblaiement du bief et du canal de fuite permettent de rendre les visites plus attrayantes. Nous pouvons expliquer le passage de l’eau pour actionner la roue.

Les salles communales étant terminées, nous organisons des expositions de peinture, de photos, avec le concours de l’association Art et Images de Barsac, de vieux outils de bois, heurtoirs et serrures anciennes, voitures anciennes, initiation à la dégustation, etc.

L’Association des amis du moulin de Pinquet

Le 5 septembre 2009 est créée «l’Association des amis du moulin de Pinquet». Elle organise, ce jour-là, pour fêter l’événement, un repas concert dans le bief toujours à sec, avec Bug Solaniun et sa harpe laser.

Des artistes viennent y exposer leurs œuvres, les randonneurs y font une halte. Lors de la semaine du développement durable, des conférences s’y déroulent, avec comme thème principal l’eau.

Les bénévoles de l’association  sont venus

Le samedi 30 juillet 2011, les bénévoles de l’association  sont venus, bottés, outillés pour nettoyer le canal de fuite et la fontaine. Mais surprise, en fait de fontaine sont apparus les vestiges d’un lavoir.

Décision est prise de le remettre en état. Notre maçon, Laurent, nous taille une pierre pour les lavandières, posée avec délicatesse, tandis qu’une autre équipe construit un mur de pierres sèches pour consolider le talus.

Restauration du bief et de renforcement du barrage

Pendant l’été 2012, d’importants travaux de restauration du bief et de renforcement du barrage sont effectués. Nous faisons enrocher le canal de fuite qui s’effondre continuellement.

La grande roue en bois

Début décembre, branle-bas de combat autour du moulin de Pinquet: un semi-remorque arrive transportant entre autres, une grande roue en bois.

Depuis presque 10 ans que nous en parlons, enfin elle arrive avec ses 3,75 m de diamètre.

La roue à augets, dite par dessus, est installée avec son rouet de fosse, les meules et la bluterie. Plusieurs membres de l’association participent, avec l’entreprise Croix, au montage du puzzle.

L’usine est prête à fonctionner

Le jeudi 13 décembre 2012, l’usine est prête à fonctionner. En fin d’après midi, l’eau coule dans les augets, le plancher se met à trembler avec un certain vacarme, les meules se mettent lentement à tourner, les premiers grains d’orge tombent de la trémie: ça y est, on voit tomber la première farine! Tous s’affairent autour du mécanisme, descendent au sous-sol, remontent, et  tout tourne à merveille.

Le Conseil municipal et des membres de l’association sont là pour assister à cette première mise en route. C’est le premier moulin à eau public du département de la Gironde capable de produire de la mouture.

Tout se joue à l’œil et à l’ouïe

Maintenant que le moulin est opérationnel, malgré quelques retouches de jeunesse à faire, nous sommes un petit groupe de quatre à apprendre à maîtriser l’usine. Nous devons ouvrir la vanne ouvrière au plus juste pour atteindre une vitesse de rotation des meules de 70 tours par minute environ. Tout se joue à l’œil et à l’ouïe. Toute fausse manœuvre peut entraîner la casse d’alluchon, un échauffement des meules, etc….

Ainsi, l’année 2013 est-elle une année d’essais et de réglages. Nous avons fait une quinzaine de visites de groupe et des particuliers, principalement par connaissance et le bouche à oreille. Tout au long de ces dix ans de travaux, de nombreux reportages sur les journaux ont fait part de l’évolution des travaux. Aujourd’hui, nous devons aller plus loin pour promouvoir ce patrimoine exceptionnel et pratiquement unique en Gironde et public. Nous connaissons deux autres moulins à eau, mais privés, en état de fonctionner.

Depuis cette année 2014, l’office de tourisme de l’Entre deux Mers, à Sauveterre de Guyenne, propose aux touristes de visiter le site. Nous sommes au stade de la réflexion pour faire un flyer.

     Le plus important sera le projet pédagogique que nous sommes en train d’élaborer avec l’inspection académique de la Réole, afin de proposer aux écoles la visite de ce moulin. Les professeurs pourront expliquer l’énergie renouvelable, ici, en l’occurrence, l’eau, l’ingéniosité des meuniers avec l’arbre à cames pour faire tomber la farine de la trémie, le travail du bois, l’engrenage, le renvoi d’angle, etc

     Mais le clou de la visite sera de voir les grains de blé qu’ils auront mis dans la trémie sortir en farine, triés en diverses catégories et le son.  De retour dans la classe, le maître pourra enchaîner sur l’importance du blé depuis l’antiquité pour nourrir les hommes. Le chantier est vaste.

Après 10 ans de travaux, de tâtonnement, une nouvelle vie débute pour ce site. Souhaitons le succès à cette renaissance d’une usine du passé, après un interlude de 100 ans.

Merci à tous, conseillers municipaux, bénévoles, artisans, administratifs,….qui ont permis l’aboutissement de ce projet un peu fou pour une commune de 292 habitants.